Elsa Defrenet

Cuisinière - Animatrice-Ingenieur Agronome

Qui suis-je ?

Plongée depuis mes études dans la botanique et l'agroécologie, je me suis investie dans des projets de développement de l'agriculture biologique en Région Centre après ma formation d'ingénieur agronome.
 
J'ai complété mes connaissances par des stages réguliers sur les plantes sauvages et comestibles ainsi qu'une formation de quelques mois en maraichage biologique. Ces expériences m'ont fait découvrir de nouvelles saveurs et m'ont appris à reconnaitre des légumes de bonnes qualités et bien cultivés.
 
Je souhaite aujourd'hui concilier ces intérêts pour le monde végétal et un modèle d'agriculture alternatif avec ma passion de la cuisine. Mon désir est de pouvoir partager ces expériences avec vous !

COROLLE

CALICE

Et Kalika dans tout ça ?

 

Kalika…un bien joli nom pour cet organe protecteur de la fleur, le calice.

 

Si le calice nous évoque surtout la coupe sacrée de la religion chrétienne, ce même mot désigne tout autrement l’enveloppe extérieure des fleurs qui recouvre leur base. Il se fond parfois dans les pétales, prenant alors la même forme et la même couleur, ou bien se fait discret,  minuscule, en attendant son heure. Constitué de sépales, dont le nombre et l’aspect varient en fonction des espèces, le calice est la promesse d’une plante avant l’épanouissement de sa fleur, l’annonce solennelle de l’arrivée imminente d’un florilège de sens.

 

Et kalika, dans tout ça ? Calice viendrait du grec kalux, signifiant « enveloppe », ou kulix, pour « coupe, vase à boire » ainsi que du latin calix "coupe" ou calyx, « enveloppe de la fleur ». Il pourrait aussi bien venir du sanskrit kalika, « bouton de fleur »…

 

Un mot suave aux origines cosmopolites, qui m'a inspiré tant par sa fonction que son symbole : comme le bouton de fleur, éclatant délicatement du calice, que la passion des plantes éclose en tous.